• Nous allons nous promener maintenant sur la corniche touristique, d'où l'on découvre un paysage magnifique!









    Nous retournons maintenant sur la place de l'église où se trouve un beau mur peint. C'est un hommage à Adam de Craponne, qui construisit entre 1557 et 1558 le canal qui porte son nom, et qui permit d'arroser la Crau avec l'eau de la Durance.
    A Cornillon, en 1559, il permit, par le percement d'une colline, d'assainir ces lieux marécageux.
    Les voitures sont réelles hélas!



    Vraie fenêtre.....
     La partie la plus foncée de la fenêtre est réelle....
    Ce mur a été réalisé par 7ème Sens

    25 commentaires
  • Cornillon-Coufoux est un petit village, pas très loin de Salon-de-Provence, quillé sur son éperon rocheux. Le site fut occupé dès la plus haute antiquité, différentes peuplades pastorales et agricoles s'y succédèrent. Après maintes invasions le terroir de Cornillon devint propriété des Comtes de Provence, puis est rattaché à l'archevêché d'Arles. L'arrivée des moines de Montmajour donne un élan de prospérité : on édifie une église et des chapelles, et l'agriculture se développe surtout avec l'assèchement des marais, les moines en sont grands spécialistes!
    Les Cornillonnais deviennent français en 1481.
    Cette photo a été prise cet été........
     En arrivant au parking, un beau panorama s'offre à nous....

    Je vous propose de découvrir un peu ce charmant petit village. Nous commençons par la place de l'église st Vincent, édifiée au 12ème siècle, qui est le coeur du village. Elle était fermée bien sûr! Et la place est déparée par un parking juste devant la fontaine de l'église!

     Le presbytère, construit au 15ème siècle.... Au 1er plan une statue qui fera l'objet d'un autre article...

    Nous allons arpenter les petites ruelles..... La tour de l'horloge édifiée en 1852.....





     La mairie, ancien château probablement du 12ème siècle, construit par les moines de Montmajour. Il fut vendu à la commune en 1869.




    La suite de la visite demain!

    28 commentaires
  • Reprenons la visite de Glanum là où nous l'avions laissé.....
    Voici le bouleutérion....
    .... les remparts.....
    .... le temple de Valetudo....
    .... des autels votifs dédiés à Hercule.....
    .... les escaliers salyens.....
    Les maisons indigènes.... Cet endroit était le principal  lieu d'habitation à l'époque gauloise....
    La source sacrée....


    La fontaine triomphante.....

    Les thermes.....



    La visite se termine.....




    J'espère vous avoir donné envie de découvrir cet endroit magnifique par vous-même, il vaut vraiment le détour!
    Je pars en WE chez ma soeur, je ne pourrai pas venir chez vous...... Je vous retrouve lundi. 
    BON WEEK-END A TOUTES ET A TOUS!






    18 commentaires
  • Pour la carte de France des paysages de Canelle
    3 périodes pour ce site : gauloise, hellénistique et romaine.
    La fondation de la ville de Glanum remonte au 1er Âge du Fer. Au 2ème siècle avant J.C la ville se développe rapidement. Le peuple des Glaniques appartenait à la confédération des Salyens.
    Dans les derniers temps de l'indépendance, des constructions de type grec, inspirées de Marseille, sont édifiées : maisons à péristyle, temple et même un bouleutérion, ce qui ne concerne en rien le jeu de boules! C'est l'endroit où se réunissait le conseil, une assemblée de citoyens chargés des affaires courantes de la cité.
    Après la défaite des Salyens face aux Romains, la ville intègre des éléments essentiels de l'urbanisme romain : adduction d'eau et égouts. On y érige des temples, des thermes, un forum.
    La source, qui avait été un lieu de culte associé au dieu Glan, continuer à jouer son rôle. Des vétérans des légions venaient y soigner leurs blessures, et Agrippa lui-même vint y faire soigner sa jambe. En remerciement de sa guérison, il fit construire le temple de Valetudo, déesse romaine de la santé.
    La ville connut une période de prospérité jusqu'au jour où les Barbares la saccagèrent. Elle fut alors abandonnée et se pierre servirent à construire la ville de St Rémy de Provence, toute proche.
    Ses vestiges disparurent sous les alluvions s'écoulant des Alpilles voisines. Glanum fut redécouverte au 20ème siècle. Les fouilles commencèrent en 1921 et continuèrent jusqu'en 1970. Depuis, les archéologues y reviennent périodiquement pour d'autres fouilles.
    Le site est coupé en 2 par la route qui mène à St Rémy de Provence, l'arc de triomphe des Antiques en marquait l'entrée nord.
    Une vue en hauteur pour commencer.....





    Le marché

    Le forum
    Le temple géminé, qui servait au culte impérial
     Détails....

    Mes pitchouns, très occupés avec les petits jeux éducatifs proposés aux enfants....
    Quelques vues.....







    Cet article est un peu long, le 2ème sera d'ailleurs aussi long, mais il y a tellement à voir! J'espère ne pas vous avoir ennuyé(e)s.....





    25 commentaires
  • Entre Aurons et Alleins, la chapelle St Jean, chapelle romane du 12ème siècle, caractéristique du 1er art roman provençal (plan à nef unique, arc triomphal, abside en cul de four)


    Près du cimetière, la chapelle St Pierre. Son existence est attestée dès le début du 11ème siècle, elle dépend de l'abbaye de Montmajour. La façade a été remaniée entre 1874 et 1884.

    Et dans le village, la chapelle des Pénitents. La façade date de la fin du 17ème siècle, époque Louis XIV.
    Les confréries de Pénitents sont courantes sous l'Ancien Régime, elles s'occupent d'oeuvres sociales.
    Je n'ai pas pu échapper à la voiture.....





    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique